Bully, un riche heritage

La ville de Bully-les-Mines est fière de son passé, celui-ci a été marqué par l'exploitation minière mais aussi par la grande guerre.

Riche de son patrimoine, de nombreux bâtiments sont classés aux monuments historiques telle que l'ancienne clinique-maternité Sainte barbe ou des Marronniers de la Compagnie des Mines de Béthune (aujourd’hui centre de psychothérapie et psycho-gériatrie les Marronniers ». Ce bâtiment est classé pour ses façades et sa toiture.

Patrimoine classé

Le Monument aux morts de la Compagnie des Mines de Béthune de la Place de la Marne (quartier des brebis) est également classé aux monuments historiques, à noter que la grille qui se trouve derrière est d'époque et servait à fermer le coron lors des mouvements populaires.

Le second monument classé est celui de Fernand Marche, héros bullygeois mort à Verdun le 1er aout 1916. Son monument sculpté dans le bronze par Armand Roblot a été inauguré à l'entrée de la fosse n°1 de Bully le 4 octobre 1925. Il a depuis été déplacé et est désormais à l'entrée du Parc Henri Darras.

Depuis 2012, le monument Fernand Marche a intégré le classement du Bassin minier Nord-Pas-de-Calais au patrimoine mondial de l'Unesco au titre de paysage culturel.
Ce classement prestigieux permet à de nombreux artistes d'horizons différents de découvrir notre territoire en résidence à l'image du photographe Jean-Michel André.

Vue du monument dédié à Fernand Marche.
Le monument dédié à Fernand Marche a été inauguré le 4 octobre 1925.

Patrimoine remarquable

Bully-les-Mines possède également quelques bâtiments qui méritent le détour comme l'église Saint-Maclou, une église de caractère qui se situe dans le centre-ville.

EGLISE
L'église Saint-Maclou, un édifice de caractère.
Un témoignage des troupes britanniques dans l'église Saint-Maclou.
Un témoignage des troupes britanniques dans l'église Saint-Maclou.

Dans le quartier des Brebis, la salle Jean Vasseur est l'ancienne salle des fêtes de la Compagnie des mines de Béthune, elle possède la particularité d'avoir servi d’hôpital militaire durant la grande guerre d'abord pour les troupes françaises puis pour les troupes britanniques.

Le monument aux morts (au Square Clemenceau) est aussi à découvrir, il est régulièrement classé dans les monuments les plus emblématiques du département. Cette sculpture de Pierre Le Meur, inauguré le 1er juillet 1923, illustre la transmission de la mémoire d'un père mineur à son enfant.

Vue du monument de la première guerre mondiale.
Le monument est l'oeuvre de l'artiste Pierre Le Meur